L'école des arts
Bienvenue dans ta nouvelle école cher étudiant ou professeur! Ici, tu trouveras tout ce dont tu auras besoin, et plus encore! Viens nous montrer ta vraie personnalité! *Interdit au 15 ans et moins*


Dans cette école, rien n'est impossible. Que vous désirez devenir chanteur, danseur, photographe ou autre, cette école est pour vous. Entrez dans un monde où rien n'est tabou. Assumez-vous tel que vous êtes!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Deux profs entrent dans un bar...

Aller en bas 
AuteurMessage
Dave Jackson

avatar

Messages : 128
Bonus : 144
Date d'inscription : 27/03/2013
Age : 26
Localisation : France

Votre personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Deux profs entrent dans un bar...   Dim 11 Aoû - 15:15


18h20

Cette chaleur n’en finira-t-elle donc jamais ? Cette question était sur les lèvres de beaucoup des habitués du Golden Bar, situé à quelques minutes à pied de l’appartement de Dave et de l’Ecole. L’endroit était agréable, les clients de bonne compagnie et le personnel très chaleureux. L’été avait beau être une saison de choix pour Dave et sa garde-robe de T-shirts de groupes, la chaleur étouffante qui s’était abattue sur la Grosse Pomme, encore renforcée par le bitume noir des rues, faisait littéralement cuire les gens. Et contre ça, une seule solution : la boisson.

Dave entra et se dirigea vers la place qu’il occupait souvent, à une des extrémités du comptoir. Il commanda une pleine pinte de son carburant fétiche. Il savait la bière pression de l’endroit rafraichissante à souhait, par temps de chaleur. Candice, la barmaid qui officiait non loin de lui, déposa quelques secondes plus tard 50 cl d’American Budweiser devant le professeur. Dave la remercia tout en lui posant quelques questions sur sa situation familiale. La jeune brune de 21 ans était prise en plein dans le divorce de ses parents, Dave essayait de lui apporter un peu de réconfort quand il le pouvait.

Mais quand on est assis dans un bar sympa, à se désaltérer en paix, c’est que forcément, quelqu’un va venir vous déranger…

Au même moment où une jeune femme entrait dans le bar et prenait place au bar non loin de Dave, le portable de ce dernier se manifesta à l’attention de son propriétaire. Et bien entendu, c’était un appel pour le boulot, du directeur de l’Ecole, par-dessus le marché. Qu’est-ce qu’on lui voulait, encore… Une élève avait encore été pleurer dans les jupes de sa mère parce que Dave avait dit qu’elle manquait encore de pratique pour vraiment être la star qu’elle rêvait d’être ? Dave décrocha.
-Jackson
-David, c’est James Anderson à l’appareil. Je ne vous dérange pas ?
-Pas trop, patron, non, dit Dave en jetant un regard circulaire autour de lui. Par chance la musique n’était pas trop forte. Que puis-je pour vous ?
-J’ai eu quelques appels de parents d’élèves, et même des élèves qui sont venus me voir, à votre sujet…
« Et c’est reparti… » pensa le professeur aux cheveux rouges. Dave se prépara au pire, se pinçant légèrement l’arête du nez.
-Qu’ont-ils encore dit, cette fois ? Que j’étais un salaud au cœur de pierre qui ne savait pas reconnaitre le talent ?
-Ils se sont surtout plaints du fait de certaines de vos… méthodes d’enseignement.
-Qu’est-ce qu’il y a de mal à les faire bosser ? demanda Dave d’un ton légèrement excédé en prenant une longue rasade de bière. Si ils veulent devenir célèbres, il faut savoir affronter un public potentiellement hostile.
-Mais est-il vraiment nécessaire de leur apprendre à jouer sur de la musique qu’ils n’aiment en majorité pas ?
-Règle numéro 1 pour progresser, patron. Sortir de sa zone de confort. Après ce que je leur inflige, tout leur paraîtra facile en comparaison…
Tout en parlant, le regard de Dave s’était attardé sur sa voisine. Une jolie blonde, à peu près son âge, mince et bien proportionnée. Mais surtout, un derrière du tonnerre. Dave laissa passer très loin au-dessus de lui la tirade du directeur sur ses méthodes d’enseignement, jugées trop exigeantes et pas assez en lien avec ce que les élèves attendaient. Dave avait envie de lui répondre aigrement qu’on lui rabâchait la même rengaine depuis maintenant des années et qu’il ne changerait pas, mais sa voisine détournait assez son attention pour qu’il ne se rende pas encore plus impopulaire qu’il n’était déjà. Il vérifiait tout de même régulièrement dans le miroir face à lui que son observation de sa voisine n’était pas trop voyante. Mais difficile de ne pas jeter de temps en temps un coup d’œil rapide vers ce postérieur et ces cheveux, tout simplement magnifiques, coups d’œil glissés par-dessus le verre tout en buvant.
-Patron, je pense que le mieux à faire serait de voir à la rentrée des classes si on peut pas régler ça entre nous face à face avec les élèves… Je vais devoir vous laisser, j’ai des amis qui doivent arriver… Oui, on fait comme ça, patron. A bientôt, bonne journée à vous aussi.

Dave raccrocha sur son mensonge. Il n’attendait aucun ami aujourd’hui, leur groupe de musique faisant relâche pendant les vacances scolaires. Son batteur et son chanteur étaient restés sur New York, leur autre guitariste avait pris des vacances en Pennsylvanie et leur bassiste travaillait tout l’été. Il reprit une dernière gorgée qui vida son verre, tout en jetant un regard avenant sur le visage fin de sa voisine…

_________________

Démoralisé ? Contactez Tonton Dave sur la CB, en 2 heures de temps sourire assuré !
Revenir en haut Aller en bas
Niki Coward

avatar

Messages : 330
Bonus : 398
Date d'inscription : 15/08/2012
Age : 104

Votre personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Deux profs entrent dans un bar...   Mar 13 Aoû - 10:10


Niki était en pleine conversation téléphonique avec sa gardienne d'immeuble lorsque son portable lui avait lâché un dernier "brrrr, ma vieille, j'ai plus de batterie" d'avertissement avant de s'éteindre. Cette coupure n'aurait pas put mieux tomber : le dialogue commençait à devenir franchement hm ... "discourtois". Mme Machin (impossible de se souvenir entièrement de son nom irlandais) avait appelé, à la base, pour aborder un problème de boite aux lettres. Le voisin de palier de la blonde n'avait pas vidé la sienne depuis deux bonnes semaines, alors, en "bonne gardienne", l'autre avait décidé d'en parler avec elle, au cas-où elle aurait su quelque chose à propos de l'apparente disparition du vieil homme. "Parce que vous savez, à son âge, il faut bien vieller sur lui hein, vous voyez, mon frère, qui a le même âge, et bien ..." et etc ... Après quelques minutes, Niki avait coupé son monologue en disant "Il est peut-être mort, c'est à voir ... Qui hérite ?". Ça avait jeté un gros froid. Machin avait de suite embrayé avec un "Dis donc ma p'tite dame, vous savez, le Seigneur vous entend, il ne faut pas dire de choses comme ça" suivit d'un superbe "Surtout qu'avec le bruit que vous faites la nuit, ça doit faire un moment qu'il vous surveille". What ? La patience de la jeune femme était totalement épuisée, alors la suite fut en grande partie constituée de mot tels que "Menteuse, Grosse vache, Tu m'emmerdes, Je vais t'expulser pauvre fille, Essaye un peu pour voir, Pétasse, Va te faire foutre, Sale chienne et autre réjouissances dont le traditionnel Merde" s’enchaînant aussi bien d'un coté que de l'autre du combiné.

Excédée, la jeune femme s'était dirigée vers le bar le plus proche pour se faire servir un verre. En entrant, elle aperçu un homme au téléphone lui aussi, qui semblait tout aussi intéressé par sa conversation qu'elle-même quelques minutes plus tôt. Elle s'assit à coté de lui et sortit son porte feuille pour admirer l'étendue de sa richesse actuelle. Gloups, c'était triste à voir. La serveuse s'approcha tandis que Niki écoutait avec intérêt les mots de son voisin : la curiosité est au moins quelque chose de plus facile à satisfaire que la soif. En tous cas, c'est gratuit.

- Vous commandez ?

- Hum, mouii ... La blonde se souvint de son petit budget. Un euh ... coca ?

La serveuse ne fit aucun commentaire, au grand soulagement de Niki, qui continuait à suivre les paroles de l'homme au téléphone. Élève ? Lorsqu'il eu raccroché, il finit son verre d'un trait et lui lança un regard. Elle détourna les yeux et sortit quelques pièces de son porte feuille qu'elle tendit à la serveuse lorsqu'elle revint avec sa canette. La blonde but quelques gorgées avant de la reposer sur le comptoir. Son regard glissa de nouveau vers le roux (haha, j'adore ce mot), et elle se décida à enclencher la conversation.

- Vous avez dit "élève". Vous enseignez ?

Elle se gratta le poignet et attendant sa réponse : apparemment, son nouveau bracelet n'était pas aussi "vrai" qu'il en avait l'air ...

_________________

Clickote 'tite patate ! :
 


Encore d'autres ! :
 


Spécial carnaval <= En souvenir ! :
 


Revenir en haut Aller en bas
Dave Jackson

avatar

Messages : 128
Bonus : 144
Date d'inscription : 27/03/2013
Age : 26
Localisation : France

Votre personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Deux profs entrent dans un bar...   Mar 13 Aoû - 18:33


En raccrochant, Dave avait à nouveau jeté un œil à sa voisine, et à sa commande au bar. Il vit Candice lui servir un Coca, que sa voisine paya de quelques pièces dès qu’il fut posé devant elle. Quelques instants plus tard, Dave raccrochait et terminait sa bière. Il tourna son regard vers elle. Il la vit détourner un peu le sien, le temps de rassembler les quelques dollars de sa consommation. Dave resta sur elle. Son verre était vide, il s’était donc rendu inintéressant… Au contraire de sa voisine et de son superbe postérieur. Il releva les yeux juste à temps, d’ailleurs, elle ramenait son regard sur lui tout comme il avait relevé les yeux sur ses cheveux blonds.

« - Vous avez dit "élève". Vous enseignez ? » lui demanda-t-elle. Une jolie voix aussi, enjouée bien qu’il sentît une vague pointe d’hésitation cachée derrière. En même temps, peu étaient ceux à engager la conversation avec un inconnu sans ressentir au moins de l’appréhension, sinon de l’appréhension. A moins d’être parfaitement à l’aise en société (ce que Dave n’était pas à moins d’avoir plusieurs bières dans le nez), ne douter de rien (ce qu’il n’était pas non plus sans la même condition) ou être un peu sociopathe sur les bords (ce que Dave craignait être parfois…). Mais bon, il fallait bien commencer  la conversation quelque part.

« J’enseigne, oui, répondit Dave, une pointe d’accent allemand transparaissant quand il parlait avec des gens qu’il ne connaissait pas plus que ça. Et apparemment, mes méthodes ne font pas l’unanimité. Comme si pour avoir du talent de nos jours, ça venait en 3 ou 4 leçons de son domaine favori. Faudra qu’ils apprennent un jour que le talent, ça se bosse tous les jours pendant des années et en ratissant large. J’arrête pas de le leur dire et redire, pour progresser, sortez de votre zone de confort… »

Dave relança un regard en coin sur sa pinte vide et sur le Coca presque vide de sa voisine. Il faisait vraiment une chaleur à crever, même pour une fin d’après-midi. Elle avait l’air vraiment agréable, en plus d’être ravissante. IL se dit qu’il serait sympa de sa part d’offrir un verre, au moins.
« Mais je dois vous ennuyer avec mes problèmes, hein ? J’ai comme l’impression que nous avons un problème en commun… Je m‘apprête à prendre un nouveau verre, et je constate que le vôtre est pratiquement vide. Laissez-moi vous en offrir au moins un. Laissez-moi deviner… » Puis après une courte pause, où il plongea son regard dans les yeux de sa voisine, il se tourna vers le bar. « Candice ? Je te prendrai une pinte de Pelforth, et… un Monaco pour ma charmante voisine… dont je n’ai pas tout à fait saisi le nom… » acheva Dave en se rendant compte qu’il ne s’était pas présenté ni n’avait demandé son nom à sa voisine, manquant à tous ses principes de base. « Pardonnez ma malpolitesse, je ne me suis pas présenté. Je m’appelle David Jackson, mais faites comme mes amis et appelez-moi Dave… Et ne pensez même pas mettre la main à votre portefeuille, c’est moi qui offre ! » dit-il en portant la main à sa poche arrière de pantalon.

En y prélevant son portefeuille, il accrocha un bout de son T-Shirt à l’effigie du dernier album de Children Of Bodom, révélant une partie de son dos. Par cet entrebâillement était visible une cicatrice, qui avait l’air récente. Et elle l’était. Moins de 2 mois auparavant, un tireur fou était arrivé sur le lieu de travail de Dave et avait déchargé son arme. Dave avait pris la seconde cartouche dans le dos, avant d’être transporté à l’hôpital et de suivre un traitement antibiotique, qu’il finissait cette semaine avec la bénédiction de son médecin.

Mais la cicatrice fut bien vite masquée, et Dave paya les consommations quand Candice les posa sur le comptoir. Dave leva son verre dans le geste de trinquer. « A la bonne vôtre ! ». Puis après une petite gorgée : « Alors dites-moi, vous faites quoi dans la vie ? »

_________________

Démoralisé ? Contactez Tonton Dave sur la CB, en 2 heures de temps sourire assuré !
Revenir en haut Aller en bas
Niki Coward

avatar

Messages : 330
Bonus : 398
Date d'inscription : 15/08/2012
Age : 104

Votre personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Deux profs entrent dans un bar...   Dim 15 Sep - 13:20


L’homme acquiesça :

- J’enseigne, oui. Et apparemment, mes méthodes ne font pas l’unanimité. Comme si pour avoir du talent de nos jours, ça venait en 3 ou 4 leçons de son domaine favori. Faudra qu’ils apprennent un jour que le talent, ça se bosse tous les jours pendant des années et en ratissant large. J’arrête pas de le leur dire et redire, pour progresser, sortez de votre zone de confort…

Très bavard pour voir qu'ils ne se connaissaient absolument pas. Pendant qu'il parlait, Niki continuait à boire, tant et si bien que sa canette se vida plus vite qu'elle ne l'aurait voulu. Vu le prix du coca, il aurait put durer plus longtemps. L'autre rajouta :

- Mais je dois vous ennuyer avec mes problèmes, hein ? J’ai comme l’impression que nous avons un problème en commun… Je m‘apprête à prendre un nouveau verre, et je constate que le vôtre est pratiquement vide. Laissez-moi vous en offrir au moins un. Laissez-moi deviner…

Très très bavard pardon ! La blonde restait muette pendant que son voisin la toisait pour trouver quoi lui commander. Finalement, il appela la serveuse :

- Candice ? Je te prendrai une pinte de Pelforth, et… un Monaco pour ma charmante voisine… dont je n’ai pas tout à fait saisi le nom…

Un Monaco ? C'était parfait ! En plus, offert par un inconnu, qui ne viendrait pas réclamer son dût après. Sauf si ...

- Pardonnez ma malpolitesse, je ne me suis pas présenté. Je m’appelle David Jackson, mais faites comme mes amis et appelez-moi Dave…

Oarf, il s'était présenté ! Il n'était donc plus tout à fait un inconnu, et était susceptible de venir lui agiter un panneau "Tu as une dette envers moi, rappelle toi, quelques dollars !" sous le bec.

- Et ne pensez même pas mettre la main à votre portefeuille, c’est moi qui offre !

Ah, en voilà une bonne nouvelle ! Elle sourit, plutôt fière d'elle. Finalement, le dénommé Dave était assez sympathique, et même assez agréable sur les bords. Elle se présenta à son tour :

- Niki Coward, mais je ne suis pas vraiment du quartier. En fait je ne travaille pas loin ...

Elle voulu montrer du doigt la presque direction de l'école (à quelques degrés près bien sûr Very Happy) mais elle stoppa son geste lorsque l'homme sortit son portefeuille de sa poche. Elle n'était pas attiré par les billets à l'intérieur (comment ça pour une fois ?) mais plutôt par une étrange cicatrice dans le dos de leur propriétaire, qui n'en semblait pas dérangé le moins du monde. Elle voulut l'interroger à ce sujet mais la jeune serveuse revenait déjà en posant leur deux verres sur le comptoir. Dave fit glisser quelques pièces et billets en sa direction, prit son verre et le leva vers le ciel, ou plutôt vers le plafond.

A la bonne vôtre ! Alors dites-moi, vous faites quoi dans la vie ?

Niki se prit au jeu et fit tinter son verre contre celui de son interlocuteur, comme s'ils fêtaient un événement. Elle lui sourit de toutes ses dents et répondit :

- Professeure également ! A l'école des Arts, pas très loin. En fait, je voulais vous le dire mais ... hm ... j'ai vu quelque chose qui a détourné mon attention ...

Elle but une gorgée et reposa son verre sur le comptoir.

- Vous avez une curieuse cicatrice ... Je peux vous demander d'où elle vient ?

Ses doigts pianotaient sur le bar, juste à coté de son verre. Ça lui arrivait fréquemment, lorsqu'elle avait une légère appréhension. Sans qu'elle y prête vraiment attention, sa main partait toute seule, sans vraiment "jouer" de notes précises. Elle reprit :

- En tous cas, ce n'est ... pas très commun ...

Niki haussa les sourcils et reprit son verre dans la main avant de le porter à ses lèvres une fois de plus. Vraiment bon !

_________________

Clickote 'tite patate ! :
 


Encore d'autres ! :
 


Spécial carnaval <= En souvenir ! :
 


Revenir en haut Aller en bas
Dave Jackson

avatar

Messages : 128
Bonus : 144
Date d'inscription : 27/03/2013
Age : 26
Localisation : France

Votre personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Deux profs entrent dans un bar...   Sam 21 Sep - 12:56


Un sourire avait traversé le visage de sa voisine de comptoir lorsqu’il avait annoncé le détail de leurs consommations à Candice. Manifestement, son choix avait fait mouche. En même temps, qui n’aimait pas ce cocktail de grenadine, limonade et bière ? Même si pour Dave, les deux premiers ingrédients étaient parfois, pour ne pas dire souvent, superflus, une petite touche de sucre n’avait rien pour lui déplaire. Surtout après une bière un peu trop amère, ça faisait du bien…

Dave paya les verres dès que Candice les eut posés sur le comptoir devant eux, prenant de vitesse la jeune femme à ses côtés, qui se présenta sous le nom de Niki Coward. Un nom énergique, à son image, en somme. Elle accepta de trinquer avec lui, il ne s’y attendait pas forcément, il pouvait comprendre qu’on ne trinque pas tout de suite avec un inconnu, ou du moins quelqu’un qu’elle n’avait encore jamais rencontré. Quand Dave lui demanda où elle travaillait, elle lui répondit avec un sourire désarmant, tout en pointant une direction à l’extérieur du bar. Elle avait un sourire tout à fait charmant, constata-t-il en entamant une gorgée de sa nouvelle pinte, mais la réponse quelle lui donna le stoppa net.

« Pas possible… Ce joli p’tit lot bosse au même endroit que moi ? Mais comment ça se fait que je l’aie pas vue avant ?! » pensa-t-il instantanément, tout en s’arrêtant momentanément dans sa gorgée de bière, le temps d’intégrer l’information, avant de la reposer devant lui. Dire qu’à la reprise des cours, il pourrait la côtoyer tous les jours… Dave eut un de ses rares sourires. Si en plus elle enseignait dans la même branche que lui… Ca serait le comble. Il se prit momentanément à se demander si elle avait déjà un copain, mais il étouffa bien vite cette pensée, quand elle lui demanda, visiblement un peu gênée, d’où venait la cicatrice dans son dos. « Note pour le prochain rencard que tu auras avec elle, car définitivement prochain rencard il y aura, mettre un T-shirt moins flottant, il se soulèvera moins… »

« Vous plaisantez ? Je travaille là-bas moi aussi ! Quelle heureuse coïncidence… Sans doute nous reverrons-nous pour le briefing d’avant la reprise des cours par la direction. » Dave marqua une pause, le temps d’avaler une autre gorgée de Pelforth, avant de reprendre. « Pour ma cicatrice… Vous vous souvenez, il y a quelques mois, quand un gars est venu à l’école avec son fusil et a eu envie de faire parler la poudre ? Eh ben j’étais entre le fusil et les élèves… » A nouveau une pause. « Mais au moins j’ai eu la musique dans la peau au moins une journée, ma guitare a fait un boulot remarquable en arrêtant les plombs, à la place j’ai eu des échardes monstrueuses… »

Dave n’en revenait toujours pas… Il venait de payer son premier verre à une collègue, le premier d’une longue série, espérait-il secrètement... « Fais gaffe de pas retomber dans la même spirale qu’à Baltimore… ». Il reprit contenance, fasciné par les longs cheveux blonds de Niki, avant de reprendre la parole.
« Donc non, c’est pas très banal comme cicatrice… En tous cas j’espère ! Et dites-moi… vous m’aviez dit travailler comme enseignante. Seriez-vous à tous hasard dans le domaine de la musique ? »

« Si elle répond oui, alors là, c’est clair, il faut au moins que je l’invite à dîner. Plusieurs fois. »

_________________

Démoralisé ? Contactez Tonton Dave sur la CB, en 2 heures de temps sourire assuré !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux profs entrent dans un bar...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux profs entrent dans un bar...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» COHEN - La mort est une dette que chacun ne peut payer qu'une fois...ou deux si tu es un zombie
» Symboles politiques
» Deux tarées dans le Loiret
» DEUX MINIS ABANDONNES DANS REFUGE DU 65 APPA EQUIDES
» Combats clandestins, alcool, drogue et paris [Topic Collectif]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'école des arts :: La ville de New-York. :: Le terrain communautaire-
Sauter vers: